Le début – partie 1

Quand des gens me demandent comment c’est possible d’inventer des recettes, j’ai toujours envie de leur répondre que tout s’apprend. J’ai commencé à cuisiner à 24 ans et j’en ai 29 aujourd’hui.

En 2011, j’ai accouché de ma fille et comme allaiter était pas mal ma seule activité de la journée, je me suis mise à écouter des émission de cuisine en rafale (salut Daniel Vézina!).

Puis, à la grande surprise de mon chum, j’ai commencé à m’intéresser à la préparation des repas et à l’assister lorsqu’il cuisinait. Le temps a filé et tranquillement, j’ai pris sa place devant les founeaux. Surprise! je ne ratais rien du tout. C’était même (vraiment) bon.

Quand ma fille a commencé à manger, on s’est questionnés sur le fait de manger de la viande et par le fait même, en faire manger à Anette. On s’est informés: conditions de vie des animaux, antibiotiques, impacts environnementaux, impacts sur la santé, etc. On a choisi de ne plus cuisiner de viande à la maison.

C’était un nouveau défi: pas de viande 7 jours sur 7. On se demandait vraiment ce qu’on allait mettre dans nos assiettes. Au départ, je cuisinais beaucoup de recettes trouvées sur internet, dans les livres, les revues. Puis, à un moment, j’ai vraiment pris plaisir à faire mes choses moi-même, sans suivre de guide ou d’étapes. Petit à petit, la corvée du souper s’est transformée en passion.

Et vous, comment se sont déroulés vos débuts dans une cuisine?

 

 

 

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Marianne dit :

    Moi aussi c’est lors de mon congé maternité que j’ai débuté à mes chaudrons. J’ai fait tant de recettes à la lettre ( pas toujours réussi) et maintenant j’invente mes propres repas selon mes goûts ou en m’inspirant mais les recettes je déteste

  2. Jujube dit :

    Moi, je crois que j’ai simplement trop vu de viande dans ma vie…. tsé une écoeurantite aiguë qui ne s’arrête pas, au contraire elle s’amplifie. Le questionnement de la cruauté animale est venue ensuite. Et maintenant je pense aux horreurs que vit notre environnement, et aussi aux désastre comme le complot de l’huile de palme sur nos forêts…. etc. Etc…,

  3. iokn dit :

    C’est fou comme le fait de vivre pour quelqu’un d’autre peut débloquer les habiletés. Moi aussi j’ai commencé à cuisiner depuis la naissance de ma fille. C’est surtout la conscience de savoir et de comprendre comment ce qu’elle mange affecte son développement, mais l’effet boule de neige m’a ensuite fait prendre connaissance à quel point le régime alimentaire nord-americain moyen n’est pas la meilleure option.
    Maintenant ma fille et moi cuisinons ensemble de plus en plus et je commence à être pas mal créatif avec des options végé ou reduites en viande, grâce à elle! Mais merci de m’aider à mieux manger à travers tes recettes et conseils, c’est d’une grande aide!

    1. familleettofu dit :

      Merci pour le mot. 🙂

      Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *